Pas de MPR sans vision interdisciplinaire - Ecole d'Assas

Pas de MPR sans vision interdisciplinaire

thumbnail

Aujourd’hui interne en médecine physique et de réadaptation (MPR), Arnaud Delafontaine, kiné, enseignant à l’École d’Assas et chercheur (lire ici son portrait), ne pratique plus aujourd’hui d’actes masso-kinésithérapiques. En revanche, il les prescrit et les coordonne dans le cadre des prises en charges médicales individualisées des patients qui lui sont confiés.

Comme il nous l’a précisé, son expérience de masseur-kinésithérapeute est un atout incontestable pour mieux échanger avec les rééducateurs, qu’ils soient kinésithérapeutes, ergothérapeutes ou psychomotriciens. « Cela me donne une vision transdisciplinaire qui me permet de mieux affiner mes bilans, de mieux les expliquer, et de mettre en place des projets de rééducation à long terme pour les patients », confirme-t-il. Toutefois, et c’est contenu dans l’intitulé même de la discipline – médecine physique et de réadaptation –, tous les médecins de MPR, quel que soit leur parcours, doivent apprendre à travailler avec les réadaptateurs. Un apprentissage qui ne saurait se faire sans esprit d’interdisciplinarité.

Scroll to top

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des communications ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.