Témoignage d'une étudiante en mobilité Erasmus Kiné à Cordoue

Erasmus Kiné à Cordoue en Espagne

thumbnail

Étudiante en K3 à l’école d’Assas, je reviens d’un stage de kinésithérapie à Cordoue (Espagne) dans le cadre du programme Erasmus+. Ce stage m’a permis d’une part, de découvrir d’autres thérapeutiques comme la fasciathérapie et l’hippothérapie et d’autre part, de m’ouvrir à une autre vision de la santé où le handicap ne fait pas le patient. En effet, de nombreux thérapeutes et personnels soignants peuvent présenter un handicap physique comme une amputation ou une cécité. C’est pour cela que le terme « usager » est privilégié au terme « patient » afin d’éviter un clivage entre les soignants et les soignés.

J’ai été chaleureusement accueillie par le Centre de Rééducation Fepamic pour 8 semaines de stage.

Le Centre de Rééducation Fepamic présente 2 grandes structures pouvant accueillir des stagiaires. Durant les trois premières semaines, j’ai travaillé à l’unité de jour qui accueille des usagers de 9h à 14h et des clients extérieurs de 15h à 17h.

Ma journée débutait donc le matin de 9h à 14h sur le plateau technique de l’unité de jour où la majorité des usagers présentait une pathologie neurologique comme Guillain-Barré ou l’Ataxie de Friedreich. Alberto, un physiothérapeute malvoyant de l’unité de jour, m’a initié à la fasciathérapie tout en m’expliquant l’importance du « toucher » et du ressenti dans notre profession. En effet, dans une profession où l’on entend souvent que les thérapeutes ne prennent plus le temps d’examiner les patients, cette dernière piqûre de rappel avant d’être diplômée n’a pu être que bénéfique. Ensuite, de 15h à 17h, nous prenions en charge des clients qui venaient de l’extérieur pour des séances de rééducation. Un après-midi, j’ai pu assister à une séance d’hippothérapie avec Bernardo, le directeur de l’unité de jour de Cordoue. L’hippothérapie est une approche thérapeutique de la personne en situation de handicap physique ou mental qui utilise le pas du cheval comme outil de rééducation. Elle combine différents aspects : physiques, psychologiques mais aussi affectifs et relationnels.

Durant les 2 semaines suivantes, j’ai travaillé sur le plateau technique de la Residencia qui accueille uniquement les usagers qui sont hospitalisés. De 10h à 13h, les séances étaient individuelles et ensuite de 16h à 19h, les usagers assistaient si ils le souhaitaient à des séances de groupe.  Le type de pathologie reste majoritairement neurologique mais avec des patients moins autonomes et qui présentent de plus lourds troubles cognitifs.  Les séances de rééducation ressemblaient à celles des services de rééducations des hôpitaux français. Seuls les horaires étaient particuliers avec une pause de 3h entre deux sessions dans la journée.

Enfin la dernière semaine, j’ai pu assister à des cours de Pilates en tant qu’observatrice mais aussi en tant que participante avec Isabel, propriétaire et gérante de El Estudio Pilates La Sierra. Cette discipline est très intéressante pour les patients car elle mobilise le corps dans son ensemble en travaillant à la fois la posture, la respiration et l’équilibre tout en s’adaptant aux différentes pathologies. J’ai pu assister aussi bien à une séance adaptée pour des personnes en rémission de cancer qu’à une séance pour des clients très sportifs.

Durant mon séjour, j’ai eu l’opportunité de visiter la ville avec son centre historique et la Mezquita (mosquée-cathédrale) et de découvrir les spécialités locales comme El Rabo de Toro (« queue de taureau ») ou le Salmorejo, spécialité qui ressemble au Gaspacho.

Pour terminer, je me réjouis d’avoir pu progresser dans certains domaines comme l’art et la science de la palpation ou la prise en charge de patients atteints de pathologies neurologiques. Je me réjouis également d’avoir découvert la culture et les spécialités de Cordoue et je remercie toutes les personnes du centre de rééducation de Fepamic qui m’ont accueillies aussi chaleureusement. De plus, je remercie l’école d’Assas ainsi que l’association Fepamic de m’avoir permis d’enrichir mes connaissances au-delà de la pratique de la kinésithérapie.

Eve Genevisse, K3 2016-2017

 

 

 

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Scroll to top

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des communications ciblées adaptées à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visites.