ENPHE 2018 remet la France en jeu

opening Enphe 2018

Du 20 au 22 septembre 2018, l’École d’Assas a organisé la 23ème conférence du réseau ENPHE (European Network of Physiotherapy in Higher Education). Cette conférence s’est tenue à la Défense, dans les locaux de COM SQUARE et a réuni 264 participants, étudiants et enseignants représentant 100 universités ou instituts de formation en physiothérapie de 24 pays d’Europe, du Liban, de Turquie et des États-Unis.

ENPHE est le réseau européen d’écoles/instituts de physiothérapie dont la vocation est d’offrir une plateforme d’échange d’information, de nouveaux projets et de pratiques pédagogiques autour de la formation. Le thème retenu cette année est celui de l’innovation et de la multidisciplinarité dans l’éducation. Des orateurs de renom, ont apporté leur expertise sur cette thématique. Entre les séances plénières, les thématiques de l’innovation et de la multidisciplinarité étaient déclinées en ateliers sur les thèmes suivants :

  • Professional issues ;
  • Research ;
  • Facilitation of Learning ;
  • Internationalization ;
  • Physiotherapists in the emergency room. An emerging role ;
  • Practice-based learning ;
  • Interprofessional learning in ENPHE.

Les ateliers sont animés sur un mode collaboratif ; les participants sont sollicités pour échanger sur les thèmes présentés par le(s) facilitateur(s). Un des intérêts d’ENPHE est d’être un lieu d’échange de pratiques éducatives, de les tester ensemble avec les étudiants et de construire au fil des années de nouveaux outils qui facilitent l’apprentissage.

Une approche pédagogique impliquant les étudiants

En effet, une des caractéristiques essentielles d’ENPHE est la participation très importante des étudiants. Parmi les 264 inscrits, il y avait centaine d’étudiants à qui la première journée de la conférence était entièrement dédiée. Leur travail s’est organisé autour d’ateliers entrecoupés d’une séance plénière sur la multidisciplinarité à l’hôpital, animée par Mmes Vilma Bouratroff et Karin Colonna du Centre Hospitalier de Plaisir (78). Ensuite, au cours des deux dernières journées, les étudiants se mêlent aux enseignants et participent au travail des ateliers.

Cinq autres écoles françaises ont envoyé des représentants : IFMK APHP, EFOM, IFMK Bègles, IFMK de La Musse, IFMK de Dijon, ce qui sanctionne le retour de la France dans ENPHE. Les communications de Pasquale Gallo, enseignant à l’IFMK Valentin Haüy, et la conférence inversée de François Taddei, co-fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires, ont montré la richesse du savoir-faire français en termes de pédagogie et d’innovation dans la manière d’enseigner.

La place faite à la recherche

L’apport des universités européennes est fondamental sur un point essentiel : l’apport de l’initiation à la recherche comme instrument de formation. Les universités technologiques ont des laboratoires dédiés à la recherche en kinésithérapie. Non seulement on teste des techniques pour améliorer la prise en charge des patients mais aussi des techniques de communication avec les patients. Chaque recherche est accompagnée soit d’un article rédigé par l’étudiant et le professeur accompagnant soit un poster ; il est certain que l’écriture aux normes universitaires est particulièrement formateur. Pendant la conférence une vingtaine de posters ont été exposés dont certains présentés comme support à un master ou à une licence. Durant la cérémonie de clôture, les membres d’ENPHE décernent le prix du meilleur poster pour chacun des niveaux.

Le dernier mot de cet article est dédié à nos étudiants et à nos étudiants Erasmus qui ont assuré l’accueil, la logistique et bien d’autres imprévus pendant trois jours denses et riches en échanges. Les étudiants sont le moteur de l’histoire de nos écoles, c’est eux qui nous poussent à nous ouvrir sur le monde. C’est à cette jeunesse qui nous entoure tous les jours que « nous sommes redevables, c’est elle qui nous oblige. Pour elle, on se doit de répondre aux appels du présent ». (Patrick Boucheron, Ce que peut l’histoire, Leçon Inaugurale au Collège de France, 17/12/2015).

Un grand MERCI, donc, à Manon, Alexandre, Nathanaël, Clara, Apolline, Cécile, Margaux, Chloé, Sarah, Alexandre, Yusra (Turquie) et Pihla (Finlande).

Michel Pillu, Nicole Maurice et Laurence Le Goff
Département International de l’École d’Assas