Un stage kiné au rythme andalou

rythme andalou granada

Rodolphe, étudiant en K3, vient d’effectuer son stage de cinquième semestre en mobilité Erasmus en Andalousie. 6 semaines d’immersion culturelle et professionnelle qu’il nous raconte avec esprit.

Désireux d’élargir mes connaissances et d’emmagasiner de l’expérience, j’ai souhaité profiter du programme Erasmus que propose l’École d’Assas à ses étudiants. Impressionné par les compétences des professeurs provenant de Grenade lors de la Semaine internationale, j’ai choisi de me rendre dans ce berceau de la culture andalouse pour y effectuer mon stage de 5ème semestre.

Début septembre, je débarque donc à Grenade et, après avoir retiré les clés de mon logement dans le centre touristique et culturel de la ville, je commence à prendre mes marques en attendant la rentrée des étudiants de fisioterapia, fixée au 10 septembre. Une fois tous les contacts nécessaires établis avec l’université de Grenade, je découvre mon lieu de stage : l’hôpital de neurotraumatologie « Virgen de las Nieves », situé dans le nord de la ville.

De longues journées bien cadencées

rythme andalou grenadeJe commence mon stage en même temps que les étudiants de 4ème année de l’université de Grenade. Par chance, la tutrice qui m’est assigné a travaillé 3 années en France, ce qui facilite la communication car mes souvenirs d’espagnol remontent à mon bac, 9 années auparavant…

En dépit de mes difficultés à interpréter l’accent local, mon adaptation au rythme de travail des Andalous se fait sans difficulté. Il faut dire que la journée type d’un travailleur hospitalier espagnol aide !
La journée commence aux alentours de 8h. Après 2 heures de travail, tout le monde quitte la salle de rééducation direction la cafétéria pour y prendre le petit-déjeuner. Au menu, le traditionnel « cafe con leche y pan con tomate » (café au lait et pain à la tomate). L’équipe retourne sur le plateau technique aux alentours de 11h et part déjeuner vers 14h. Après 3h de pause, tout le monde revient et le travail reprend jusqu’à 20h. On ne travaille donc jamais plus de trois heures de suite, ce qui permet de rester toujours concentré et efficace.

Après une première semaine en neurologie, je rejoins le service de traumatologie où je passe les cinq semaines restantes. Le plateau technique est plutôt bien équipé, avec des tapis de course et des instruments pour la magnétothérapie ou le laser, notamment.

En marge du stage proprement dit, j’ai découvert une région ensoleillée et pleine d’histoire, une culture vivante et heureuse mais surtout des personnes ouvertes et attachantes. Il est des moments dans la vie où l’on cherche à découvrir le monde qui nous entoure, à enrichir nos connaissances qu’elles soient professionnelles, culturelles ou universelles, mais c’est aussi souvent dans ces occasions que l’on se découvre soi- même. Pour moi, ces six semaines à Grenade furent définitivement une de celles-là.

Rodolphe, K3

rythme andalou grenade
Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.