2 K4 en stage de réhabilitation à Majorque

Majorque Assas

Camille et Joaquim ont consacré le dernier stage de leur cursus de kinésithérapie à étudier la pratique de la réhabilitation dans un centre hospitalier de Majorque, aux Baléares. Une opportunité permise par le partenariat entre l’École d’Assas et l’UIB (Universitat de les Illes Balears). Voici leur récit.

Arrivés à Palma de Majorque, nous avons tout d’abord signé notre convention à l’UIB et pris connaissance de notre programme de stage avec la responsable Erasmus. Ensuite nous avons été reçus dans le centre hospitalier universitaire au sein duquel devait se dérouler notre stage – un complexe très récent, inauguré en 2010-2011, et parmi les plus grands d’Espagne – par la responsable du service réhabilitation.

Majorque AssasAu fil du stage, nous avons eu 4 tuteurs différents ce qui a contribué à nous donner une très large vision du travail en service de réhabilitation et permis d’être au contact de nombreux patients même si nous n’avons guère pu suivre leur évolution. Nos tuteurs nous ont facilement fait confiance, se montrant ouverts à nos idées et nous laissant parfois une réelle autonomie auprès des patients.

Notre horaire de travail était continu, de 13h30 à 20h30, avec 30 minutes de pause à 17h30. Le rythme de travail est intense : sur le plateau de rééducation principal, 8 kinésithérapeutes travaillent simultanément, les patients se succédant toutes les 20 minutes. Comme ces patients ne sont pas résidents, l’activité s’apparente donc soit à du libéral soit à de l’hospitalisation de jour. En parallèle, des kinés sont affectés dans les différents services de l’hôpital, hors du plateau de rééducation, pour les patients résidents. L’activité est tellement vaste qu’en s’y prenant à l’avance il est possible de demander à expérimenter un service en particulier. Pour notre part, nous avons surtout travaillé en traumatologie, orthopédie, neurologie et pédiatrie et appris de nouvelles techniques comme le crochetage et la paraffine.

La grosse différence pratique que nous avons constatée est que les kinés ne réalisent pas leurs propres diagnostics (DMK) : c’est le médecin du service qui pose le diagnostic, et le kinésithérapeute met en place sa rééducation après une courte évaluation.

MajorqueAu final, c’est un terrain de stage que nous recommandons vivement même s’il est bien entendu préférable d’avoir de bonnes notions d’espagnol pour en profiter au mieux. Le personnel de l’hôpital comme les Majorquins en général sont très bienveillants et nous avons fait de superbes rencontres. En plus, l’île est magnifique et offre de nombreuses possibilités d’activités culturelles comme sportives. Enfin, nous avons profité de la meilleure saison (mai-juin), avant l’arrivée massive des touristes, les chaleurs caniculaires… et la hausse des prix !

Camille et Joaquim, K4

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.