Claudie Poussier

Pédicure-Podologue

Cadre de Santé

Diplômée de l’IFPP Assas en 1996, Claudie Poussier a rejoint l’équipe enseignante en janvier 1997 ! Une plongée rapide dans le grand bain dont Assas a le secret mais qui porte ses fruits puisque, 20 ans plus tard, Claudie est l’une des formatrices de référence de l’École.

À la base de la carrière de Claudie Poussier, il y a une vocation et une rencontre. La vocation, c’est l’enseignement. La rencontre, c’est un pédicure-podologue venu présenter ce métier qu’elle connaissait mal au cours de ses études préparatoires. De ce fait, Claudie a choisi de présenter le concours de Pédicurie-Podologie, l’a obtenu et est entrée à l’IFPP Assas.

À peine diplômée, en 1996, la première chose qu’elle fait, c’est de présenter sa candidature à l’École comme formatrice. Aussi incroyable que cela puisse paraître, même si la philosophie d’Assas est de donner leur chance aux jeunes enseignants, un poste va se libérer au même moment et la direction faire confiance à Claudie. Ainsi, en à peine quelques mois, Claudie va passer d’étudiante à professeur. Un changement a priori peu évident car ses élèves sont ses anciens camarades des promotions successives. Mais Claudie s’adapte très vite en apprenant à se distancier – ce qui commence par vouvoyer les élèves – et en s’appuyant sur la pédagogie de l’École avec laquelle elle s’est familiarisée durant ses études.

 

Étudiants ou patients : toujours être à l’écoute

Parce que l’enseignement est sa vocation principale, Claudie va construire son activité autour et en fonction de ses cours à l’IFPP. Sans perdre de temps, elle ouvre en 1998, un cabinet en Normandie puis, une fois son cabinet lancé, prépare et obtient en 2003 un diplôme de cadre de santé ainsi qu’une licence en sciences de l’éducation par la validation notamment de son mémoire sur le thème « L’autonomisation de l’étudiant en IFPP ». Même si son emploi du temps est organisé par rapport aux besoins de l’École, ses semaines sont bien remplies ce qui ne l’a pas empêchée, dans le cadre de la réforme des études, d’accepter d’encadrer une quinzaine d’étudiants pendant leurs 3 années de formation en tant que tutrice référente, d’en accompagner d’autres dans l’élaboration de leur mémoire de fin d’études, tout en prenant en charge de nouveaux cours magistraux, notamment sur l’histoire de la Pédicurie-Podologie ; sur le concept du soin ; sur la notion de handicap; sur la législation professionnelle sociale et le droit du travail ; sur la gestion des ressources et la coopération avec les autres professionnels.

Pour Claudie Poussier, qu’il s’agisse d’enseigner ou de pratiquer, la ligne de conduite est la même : tout commence par se mettre à la place de l’étudiant ou du patient. Dans l’enseignement comme dans la relation praticien-patient, la communication est essentielle : il faut donc savoir écouter, analyser et comprendre ce que l’étudiant ou le patient attend. Le reste est affaire de goût du travail bien fait. Bref, elle se sent aussi bien sur son pied droit (l’enseignement) que sur son pied gauche (la pratique).

Aussi, quand on interroge Claudie pour savoir si sa pédagogie et sa pratique ont évolué en vingt ans, la réponse est non car ni l’une ni l’autre n’ont jamais été figées mais se sont adaptées en continu aux besoins des élèves comme des patients. Qu’il s’agisse des étudiants ou des patients, toute l’attention de Claudie est portée à les rendre acteurs : les uns de leurs études, les autres de leur traitement.

 

La force tranquille de la tradition

Comme les étudiants de l’IFPP Assas sont dès leur première année au contact des patients, Claudie ne voit pas la diminution des heures de pratique apportée par la réforme comme un problème majeur. Tout d’abord parce qu’Assas continue d’offrir un volume d’heures de pratique élevé et ensuite parce que ce qui compte c’est de créer chez le futur professionnel la compréhension et le goût du rapport direct avec les patients. Ensuite, avec le temps et l’exercice, tout se mettra en place, pas à pas, au rythme de chacun.

De fait, face aux mutations de la profession, Claudie Poussier n’éprouve ni inquiétude irrationnelle ni enthousiasme irréfléchi : « Je reste très traditionnelle, je considère que notre profession est artisanale et m’efforce de préserver cet aspect tout en défendant notre savoir-faire. Par exemple, je continue à fabriquer moi-même les appareillages de mes patients même si des solutions toutes faites existent de plus en plus, développement de l’informatisation oblige. Notre spécificité c’est d’individualiser la prise en charge de chaque patient : à chaque patient son orthoplastie, sa semelle ! »

 

L’évolution des dépenses de santé a-t-elle une influence sur la profession de Pédicure-Podologue ?

Oui, dans la mesure où, hors prescription médicale et soins remboursés, les gens sont de moins en moins disposés à payer pour leur santé. Le recours spontané à la pédicurie-podologie est donc limité essentiellement à trois catégories de personnes : celles pour lesquels le pied est un instrument de travail et qui ont conscience de l’importance de le maintenir en bonne santé ; celles qui ont laissé dégénérer une pathologie jusqu’à ce que la douleur ne les contraigne à agir ; celles qui accordent à leurs pieds une attention esthétique particulière et sont donc prêtes à leur consacrer non pas une part de leur budget santé mais de leur budget bien-être.

Formation clinique

UE 1.17. S1 : Infectologie et hygiène

UE 2.7. S5 : Législation professionnelle, sociale et droit du travail

UE 3.1. S1 : Modèles et fondements de la pédicurie-podologie

UE 3.2. S2 : Introduction au raisonnement clinique et à la méthodologie de diagnostic en pédicurie-podologie

UE 3.4. S3 : Concepts et modèles du diagnostic en pédicurie-podologie

UE 3.7. S3 : Projets et Stratégies thérapeutiques en pédicurie-podologie

UE 3.8. S4 : La prescription en pédicurie-podologie

UE 4.10. S4 : Le soin orthétique : orthoplastie, orthonyxie, prothèses digitales et unguéales

UE 4.11. S2 : Traitements par pansements et contentions

UE 4.13 S5 : Education à la santé, prévention, éducation thérapeutique

UE 4.2. S1 : Techniques d'examen clinique et de traitement en pédicurie-podologie

UE 4.3. S2 : Les étapes et protocoles de l'examen clinique et pédicurie-podologie

UE 4.5. S1 : Le soin instrumental et physique en pédicurie-podologie

UE 6.1. S1 : Unité d'Intégration : mise en oeuvre des activités thérapeutiques

UE 6.2. S2 : Unité d'Intégration : évaluation de situation

UE 6.4. S4 : Unité d'Intégration : Information, formation, conseil, éducation, prévention et conduite de relation

UE 6.5. S5 : Unité d'Intégration : Gestion des ressources et coopérations avec les autres professionnels

UE 6.6. S6 : Unité d'Intégration : Evaluation de la pratique professionnelle et recherche