Retour de stage kiné en Finlande

Assas Erasmus retour de stage

Étudiantes en kinésithérapie à l’École d’Assas, Juliane et Hermine sont parties du 20 août au 20 octobre 2018 en mobilité à Tampere en Finlande. Accueillies à l’université TAMK, elles ont tout d’abord suivi pendant deux semaines un programme d’adaptation et de découverte de la culture locale, encadré par des professeurs et des élèves de l’université. Ensuite, elles ont effectué 4 semaines de stage au sein de plusieurs structures de soins de la ville. Leur séjour s’est conclu par une semaine de cours et la participation à la semaine internationale de l’université. De retour de stage, laissons-leur la parole…

retour de stage finlandeJuliane : “J’ai effectué un premier stage dans un centre de soins public dispensant des consultations kinésithérapeutiques de 1ère instance avec une patientèle très variée. J’ai ensuite effectué un autre stage dans une structure pour personnes âgées et en balnéothérapie. Ces deux stages m’ont permis de découvrir et de comparer les systèmes de santé français et finnois et de m’ouvrir à une autre vision de la kinésithérapie, plus active et autonome pour le patient. La communication avec les patients se faisait en anglais quand ils le parlaient ; sinon, pour ceux qui ne parlaient que finnois ou pour éclaircir quelques subtilités, mes tutrices traduisaient. Je suis heureuse d’avoir pu nouer une relation d’échange avec les tutrices qui m’ont accueillie et encadrée : j’ai pu, par exemple, leur faire une introduction au drainage manuel, technique qui n’est pas enseignée en Finlande.”

Hermine : “Mes deux premières semaines de stage se sont déroulées en service de néonatalogie auprès d’enfants prématurés et de leur famille. Le rôle du kinésithérapeute est d’évaluer et suivre le développement moteur de l’enfant. En tant que stagiaire et étrangère, la prise en charge d’un patient est très difficile dans ce genre de service, du fait de la spécificité et de la présence de parents très inquiets.
Mon stage suivant s’est déroulé en service de problème pelvien où j’ai été accompagnée par une kinésithérapeute qui m’a beaucoup impliquée dans la prise en charge des patientes.
Ces stages ont été une immersion totale dans des services qui m’étaient inconnus. Très spécifiques, ces domaines traitaient de notions pour la plupart, totalement nouvelles pour moi. En dépit de la barrière de la langue, la difficulté de prise d’initiative et d’autonomie n’a pas été un problème pour apprendre et m’enrichir.”

retour de stage finlandeUne ville accueillante

Comme vous avez pu le lire, notre programme a été très chargé mais intéressant et très enrichissant. Tampere est connue pour être une ville étudiante et les étudiants étrangers y sont très nombreux : Espagnols, Mexicains, Allemands, Autrichiens, Maltais, Chinois, nous avons pu partager avec des étudiants de tous les horizons et de toutes les formations, en particulier durant nos semaines d’adaptation et la semaine internationale. Pour tous, des cours de finnois étaient programmés chaque semaine (2h30) afin de faciliter notre immersion.

La ville de Tampere n’est pas connue pour être jolie, il s’agit d’une ancienne ville ouvrière en textile et les vieilles usines en briques rouges logées entre les 2 grands lacs de Tampere constituent le coeur de la ville. Cependant les paysages sont magnifiques, lacs et forêts à perte de vue. Si vous y allez, le maillot de bain est obligatoire, vous ne pouvez pas passer à côté du sauna qui est une véritable institution (accompagné d’un saut rafraîchissant dans un des nombreux lacs) !

retour de stage finlandeLa vie sur place est très agréable, c’est une ville rassurante et où l’on se sent en sécurité, les Finlandais sont très respectueux des règles et de leur ville et, bien que distants au premier abord, ce sont des gens très accueillants et chaleureux quand on les connaît un peu mieux.

Merci à l’Université de Tampere et à l’École d’Assas pour cette opportunité.

Juliane et Hermine
K3 2018-2019

Ces projets ont été financés avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.