Erasmus, une grande expérience de vie

expérience de vie

Après un témoignage passionné sur le contenu de leur stage Erasmus à Kolding, au Danemark, Gwenaëlle et Valentine, deux étudiantes en troisième année de kinésithérapie, nous décrivent les coulisses de leur séjour. En d’autres termes, ce qui rend unique l’expérience des mobilités internationales.

« L’Erasmus, c’est aussi sortir de sa zone de confort. Ce qui n’était pas vraiment dans mes habitudes contrairement à Val, raconte Gwenaëlle. Me retrouver seule, loin de ma famille, dans un pays étranger, avec une culture différente et une vision de la vie inédite, c’était inhabituel pour moi. Heureusement, même si je n’aime pas sortir de mon confort, ma capacité d’adaptation et ma volonté de découvrir de nouvelles choses ont été plus fortes. J’ai rencontré de nouvelles personnes, je suis sortie profiter de la vie étudiante et je me suis confrontée à des pathologies que je n’avais jamais traitées avec des patients ne parlant pas ma langue. C’est aussi ça un Erasmus : savoir prendre des risques, apprendre à lâcher prise et se surprendre soi-même. C’est se découvrir et revenir plus fort et sûr de soi, enrichi d’une expérience unique. »

expérience de vieAu Danemark, à défaut du danois, la langue de travail est l’anglais. Et si beaucoup de Danois le parlent, il faut parfois communiquer autrement, comme l’explique Valentine : « La langue a été une barrière pour moi en début de séjour. J’avais cette impression d’être limitée dans mon dialogue avec les patients et que cela représentait un frein à ma relation avec eux. Et puis j’ai compris qu’être kiné c’était être capable de s’exprimer autrement qu’avec des mots. Parce que la kiné c’est la science du mouvement. Alors on a utilisé nos corps, on a mimé, bruité, frisé le ridicule parfois, pour montrer comment faire et nous faire comprendre. »

À Kolding, les stagiaires organisent en effet leur emploi du temps et la prise en charge de leurs propres patients. Appeler les patients en salle d’attente, les conduire en salle de consultation (réservée préalablement), puis réaliser un bilan complet en anglais, n’a rien d’évident. Sans parler des sessions de groupe où il faut trouver sa place et se démontrer proactif au milieu d’une dizaine de Danois… Le mot clé, soulignent les étudiantes, c’est l’adaptation.

Partir en Erasmus, c’est aussi échanger avec d’autres jeunes, découvrir les cultures et les traditions de chacun. « On était tous différents, avec une chose en commun : on était tous loin de nos familles mais assoiffés de découvrir un nouveau pays. Kolding est une ville plutôt petite, perdue au milieu de la forêt. Cependant, derrière son aspect bien tranquille, cache un cœur étudiant très vivant. Lundi soir pub quiz, jeudi soir soirée beer pong suivie de quelques pas de danse au Morks. Le vendredi, direction le fabuleux rooftop de notre résidence étudiante pour se remettre de la soirée de la veille, et le samedi, pub irlandais. En bref il y a toujours de la vie à Kolding, une ville accueillante que nous avons pu quitter sans verser quelque larme… » concluent nos deux étudiantes.

Les « French girls », Gwenaëlle et Valentine

expérience de vie

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.