Dossier e-santé : Une technologie accessible

technologie accessible e-santé CRI Assas

Étudiant en pédicurie-podologie (P2), Jonathan a choisi de consacrer son mémoire de fin d’année au projet de semelle connectée auquel il a travaillé durant la semaine d’expérimentation sur l’e-santé organisée par le département international de l’École d’Assas en partenariat avec le CRI Paris. Après Laura, étudiante en ergothérapie, Rubén, étudiant espagnol en Erasmus+ de kinésithérapie, il nous fait partager ses impressions sur une expérience qui est loin d’être terminée pour lui.

Jonathan, qu’est-ce qui vous a donné envie de sacrifier vos vacances pour participer à ce projet e-textile et santé ?
Jonathan : C’est le thème même de la semaine. J’avais assisté à la présentation du CRI faite par Olivier Bory lors de la conférence scientifique de l’École et quand Nicole Maurice m’a informé de cette semaine, j’ai tout de suite dit oui. Ce qui m’intéressait, c’était de pouvoir découvrir l’actualité de l’e-santé car la santé est un domaine en pleine évolution. L’esprit du CRI aussi m’a attiré : c’est un lieu où circulent les idées et les projets.

Quel a été votre projet ?
Jonathan : J’étais le seul podo mais j’ai pu travailler à un projet dédié à la podologie, en tandem avec une étudiante kiné et avec le soutien de deux personnes du CRI. Nous avons choisi d’aller vers la réalisation d’une semelle connectée.
Au début de la semaine, nous avons eu deux formations techniques : l’un sur les micro-contrôleurs et l’autre sur les propriétés des textiles connectés. À partir de là, nous avons été invités à imaginer un produit, un outil, les associant au service d’une activité ou d’un programme de rééducation.
Nous nous sommes orientés vers la fabrication d’un prototype de semelle pour l’analyse des appuis au sol du pied. La technologie que comporte la semelle, c’est un circuit d’intensité variable associé à une mousse compressible servant de résistance. Cet ensemble est ensuite pris entre deux couches de cuir et habillé d’une chaussette textile. L’idée, c’est celle d’un circuit conducteur relié à un logiciel d’enregistrement et d’analyse.
Pour notre projet, nous avons défini trois zones d’enregistrement : sur le talon, sur le médio-pied et sur l’avant-pied. Pour chacune de ces zones, nous avons donc découpé une feuille de cuivre servant de capteur et reliée à un contrôleur. Ce que notre semelle mesure, c’est la pression exercée sur la zone choisie. Le matériau intelligent enregistre l’intensité de l’appui et la transforme en un signal analogique à son tour traduit en une valeur numérique : plus la pression est forte, plus la mousse se comprime, plus le circuit de cuivre est sollicité et plus la valeur du signal est élevée.

Seul podologue, vous avez dû travailler dans un environnement plurisdisciplaire : comment cela s’est-il passé ?
Jonathan : Au niveau humain, l’un des enjeux, c’était de réussir à dialoguer entre technique et santé mais je dois dire que les tuteurs du CRI mis à notre disposition ont vraiment été efficaces. Ils n’ont eu aucune difficulté à se mettre à notre portée et ont parfaitement joué leur rôle de facilitateurs.
Avec Annaëlle, l’étudiante en kinésithérapie, nous avons facilement pu nous coordonner, notamment parce qu’en matière de rééducation, nos attentes et nos approches se complétaient. Nous avons travaillé en nous entraidant, chacun de nous étant leader dans un domaine : je me suis concentré, comme vous l’aurez compris, sur la réalisation du prototype tandis qu’elle a pris la direction de tout ce qui regardait la promotion du projet. Elle a notamment fabriqué un support pour présenter la semelle – sur un stand lors d’un salon par exemple – mais aussi réalisé une vidéo de présentation que j’ai utilisée, à mon retour à l’IFPP, pour rendre compte de ma semaine à mes professeurs.

Envisagez-vous une suite ?
Jonathan : Oui, bien sûr. D’abord parce que je vais en faire le sujet de mon mémoire de fin d’année. L’École m’a donné son aval pour continuer à travailler dans cette direction en cherchant à imaginer des produits adaptés aux besoins de la podologie suivant le modèle étudié au cours de la semaine au CRI. Mon idée est de proposer des solutions pour construire des produits intelligents avec une technologie « frugale » : comment mettre en œuvre les matériaux et les ressources les plus accessibles pour réaliser le produit le plus efficace possible.

technologie accessible

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Dossier e-santé : Vive l’interdisciplinarité !

CRI Paris expérience Assas interdisciplinarité

Membre de la première promotion de l’Institut de Formation en Ergothérapie (IFE) de l’École d’Assas, Laura a participé à la semaine d’expérimentation e-santé organisée début mars au CRI Paris. Le projet auquel elle a travaillé a porté sur la conception d’un gant connecté pour la mesure des amplitudes articulaires du poignet. Après Rubén (lire ici) et Olivier Bory, le coordinateur de l’initiative pour le CRI (ici), elle nous livre son témoignage sur cette expérience pédagogique unique.

CRI Assas interdisciplinaritéLaura, comment avez-vous été impliquée dans cette expérience ?
Laura : J’ai reçu un courrier électronique du département international qui a retenu mon attention. On revenait de stage et, pour nous, à la différence des kinés et des podos, il ne s’agissait pas de sacrifier une semaine de vacances mais une semaine de cours. C’était moins difficile sans doute même si cela impliquait de devoir les rattraper ensuite.

Quel a été votre projet ?
Laura : Nous avons constitué un groupe de trois pour travailler à un gant intelligent permettant de calculer les amplitudes articulaires du poignet, pour aider à la rééducation du patient. Nous étions encadré par des chercheurs du CRI qui nous ont accompagné tout au long de la semaine. Nous avons aussi bénéficié d’interventions extérieures, comme par exemple un entretien via skype avec un chirurgien de Lyon qui nous a aidé à valider notre projet.

Que retenez-vous de cette semaine ?
Laura : Ce que je retiens, dans l’ordre, c’est d’abord le travail en équipe : comme on avait un temps limité pour exécuter notre projet, il a fallu bien gérer nos relations, bien répartir nos responsabilités, pour être le plus efficace possible. Ensuite, j’ai beaucoup apprécié l’interdisciplinarité : c’était d’autant plus enrichissant que l’on s’est bien entendu et que l’ambiance était excellente ; on a pu se donner des conseils de groupe à groupe. Enfin, on a découvert des techniques nouvelles : la couture, le codage, l’utilisation de la machine 3D, etc.
On a présenté notre projet à notre retour aux autres étudiants de la promotion et aux professeurs. Il a été très apprécié et je sais que d’autres étudiants sont prêts à participer à cette semaine si elle est renouvelée l’an prochain. À travers notre compte rendu, ils ont compris tout l’intérêt que cela pouvait représenter et qu’il s’agissait d’une expérience très cohérente avec le contenu de nos études.

interdisciplinarité CRI Assas

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Dossier e-santé : Le CRI un centre de recherche fantastique

Rubén CRI Paris

Étudiant en quatrième année de kinésithérapie à Valence, Rubén a participé à la semaine d’expérimentation e-santé organisée début mars au CRI Paris. Après avoir, dans sa langue natale, témoigné de son séjour parisien (lire ici), il nous fait part aujourd’hui, en français, de ses impressions à l’issue de cette expérience dont Olivier Bory nous a présenté les objectifs et le déroulement dans le premier volet de notre dossier spécial.

Avant ce stage, aviez-vous déjà une connaissance de l’e-textile ?
Rubén : Pas du tout. J’avais déjà découvert des produits de kinésithérapie connectée permettant d’améliorer les conditions de vie des patients, comme l’exosquelette ou les orthèses, mais c’était la première fois que je me trouvais en contact avec ce type d’atelier et d’outils.

Que retenez-vous de cette semaine ?
Rubén : Ce que je retiens le plus de cette semaine, c’est le travail en équipe. Chacun de nous a dû contrôler plusieurs éléments des expériences et mettre son apprentissage en rapport avec celui des autres pour, au total, parvenir à un même résultat. On a travaillé intensément et on a dû faire preuve de patience les uns avec les autres, en apprenant à nous respecter par-delà les nos différences culturelles ou linguistiques.
J’ai aussi beaucoup appris en matière de coordination des différents champs interdisciplinaires. J’ai aussi apprécié de découvrir les nouvelles tendances en électronique pour vêtements.
Sur le plan technique, j’ai appris la programmation d’un programme qui capture les mouvements et peut être programmé pour détecter de mauvais mouvements. J’ai aussi appris la couture et les qualités des différents tissus : les plus conducteurs d’électricité, les plus souples, les plus utilisés pour la santé, etc.

Quelle place occupe la santé numérique dans votre formation en Espagne ?
Rubén : En Espagne, nous avons l’occasion d’étudier différentes technologies d’assistance à la rééducation suivant les pathologies. Nous travaillons beaucoup sur la base de la preuve scientifique (EBP), les professeurs nous donnant des pistes via la lecture d’articles scientifiques.
Je ne connais pas bien la situation de la recherche mais elle me semble réservée au petit nombre de ceux qui peuvent accéder à une bourse spécifique. Un lieu comme le CRI est un outil fantastique, qui permet d’accéder facilement au monde de la recherche interdisciplinaire. Merci à l’École d’Assas et au CRI de m’avoir permis de saisir cette opportunité.
e-santé CRI Assas

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Dossier spécial : Semaine e-santé au CRI

e-santé CRI Paris Assas 2019

Du 4 au 7 mars, 14 étudiants de l’École d’Assas, kiné, podo et ergo, ont participé à une expérimentation pédagogique innovante en partenariat avec le CRI Paris (Centre de recherches interdisciplinaires), portant sur la compréhension et l’appropriation des nouvelles technologies (textiles connectés et capture de mouvement) dans le domaine de la rééducation. Nous allons dans les prochains jours vous présenter les témoignages de quatre étudiants ayant participé à cette semaine consacrée à l’e-santé : Rubén, étudiant Erasmus+ espagnol en dernière année de kinésithérapie ; Laura, étudiante en première année d’ergothérapie ; Jonathan, en deuxième année de podologie ; et, pour conclure, Clotilde, en deuxième année de kinésithérapie mais ayant auparavant décroché un diplôme d’ingénieur. Chacun d’entre eux illustrera, à sa façon, ce qu’il a retiré de cette semaine qui représente bien l’esprit d’innovation – technique comme pédagogique – qui caractérise l’École d’Assas.


Pour introduire ce dossier, nous donnons aujourd’hui la parole à Olivier Bory, interne de médecine générale et coordinateur du HealthLab du CRI, un des organisateurs du projet avec Claire Eliot, spécialiste de e-textile au CRI, et le département international de l’École.

e-santé Assas CRIOlivier, comment est né le projet de cette semaine e-textile ?

OB : En février 2018, Nicole Maurice et Michel Pillu, du département international de l’École d’Assas nous ont contactés pour présenter le CRI lors de la conférence ENPHE 2018. Comme l’un des objectifs que nous poursuivons au sein de notre laboratoire est d’explorer et de favoriser l’interdisciplinarité en santé, nous avons saisi cette opportunité. Nous avons alors invité quelques étudiants kinés à participer à un atelier d’une journée chez nous. Cela nous a permis de présenter le CRI de façon dynamique au moment du congrès de l’ENPHE en donnant la parole à ces étudiants pour qu’ils partagent leur expérience. Enthousiasmés, Nicole et Michel nous ont alors demandé si nous avions une idée pour aller plus loin dans notre expérimentation. C’est alors que nous leur avons soumis l’idée de mener l’expérience sur une semaine complète en l’ouvrant aux étudiants des autres filières (donc kinésithérapie, plus podologie et ergothérapie).

Quel était votre objectif ?

OB : L’objectif de cette semaine, c’était d’offrir aux étudiants la capacité de comprendre et de s’approprier les nouvelles technologies en santé par l’expérimentation. Le principe, c’était de confronter les expertises de terrain des étudiants aux expertises techniques de nos experts ingénieurs et designers pour trouver et développer des prototypes adaptés à des cas précis. Nous avons accueilli 15 étudiants de l’Ecole d’Assas pendant leur semaine de vacances d’hiver dans nos locaux. Nous avons mis en place un mentorat tout au long de la semaine grâce aux équipes des CRI Labs, qui ont l’expertise nécessaire pour ce type d’expérimentation pédagogique ».

Quel était le programme de la semaine ?

OB : Nous l’avons découpé en 5 journées :

    – la première portait sur les connaissances brutes. C’était très dense mais indispensable ; certains retours d’étudiants à la fin de la semaine nous ont permis d’envisager des pistes d’amélioration sur ce point. Il s’agissait de découvrir les caractéristiques des capteurs souples (textiles connectés) et la manipulation des capteurs de mouvement, mais aussi de se familiariser avec les sources de recherche documentaire concernant les nouvelles technologies,
    – les deux journées suivantes, on les a invités à se retrousser les manches et à s’approprier les technologies à leur disposition au cours d’ateliers illustrant l’utilisation de ces technologies (programmation, utilisation du textile connecté et intégration de capteurs). En parallèle, ils avaient des plages de réflexion pour faire évoluer leur projet en fonction de leur apprentissage,
    – le jeudi a été pleinement consacré à la fabrication concrète de leur prototype,
    – la dernière matinée était consacrée au rendu du projet en vue de l’évaluation finale. Nous leur avions demandé trois choses : d’abord de présenter leur prototype en le faisant fonctionner ; ensuite, d’en illustrer, sous forme de powerpoint, la motivation et l’intérêt scientifique ; et, enfin, de réaliser une vidéo montrant leur création sous un angle artistique et/ou ludique.

Pourquoi ce dernier point, aux frontières de la communication et du marketing ?

OB : En fait, dans le cadre de la réflexion préliminaire, nous avions demandé aux étudiants de réaliser une brève étude de marché des solutions existantes montrant leurs atouts et leurs défauts (similaire à une revue de bibliographie pour un mémoire), pour leur permettre de mieux définir et justifier leur projet. Notre objectif premier était pleinement pédagogique et scientifique tout en tenant compte de la réalité économique.

Le rendu sous trois formats a permis aux étudiants de porter un regard différent sur leur projet, de s’exercer à une gymnastique d’esprit leur permettant de ne pas être prisonniers d’une approche univoque mais de considérer aussi bien l’aspect scientifique et technique qu’économique ou pédagogique : la réalisation du prototype leur a fait découvrir la façon de passer d’une idée à une réalisation concrète ; le powerpoint s’apparentait plus à une étude clinique (population cible, solution apportée, méthode employée, test et discussion des résultats) ; enfin, l’idée de la vidéo, qui, au départ, les a surpris voire rebutés, servait exactement à cela.

Au final, ils ont tous relevé le défi, de sorte que, le vendredi après-midi, ils nous ont avoué qu’ils n’imaginaient pas, en arrivant le lundi, vivre une expérience aussi intense, qui les a mis en contact, non seulement avec des techniques et des technologies nouvelles, mais aussi avec des façons de penser et de communiquer nouvelles.

C’est là, certainement, le plus beau succès de cette expérience, en plus des relations qui se sont développées entre les différents étudiants comme entre les étudiants et notre équipe de mentors et d’experts.

e-santé cri Assas 2019

Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme Erasmus+). Cette communication n’engage que son auteur et la Commission européenne n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

1 2 3 4 5 75