Vietnam

En 2013 et en 2014, deux étudiantes de troisième année ont eu la possibilité de réaliser un stage d’un mois à l’hôpital Pédiatrique de Hanoï, en lien avec une association de volontariat international. Voici le récit de cette expérience.

L’Hôpital pédiatrique de Hanoï

Hanoi-Web

L’hôpital est situé à l’ouest du centre-ville, dans le district de Dongda, près du lac Ngoc Kanh. Le personnel médical est composé de neuf cents personnes, réparties dans de nombreux services (urgences, gastroentérologie, neurologie, pneumologie, oncologie, maladies infectieuses, néphrologie, cardiologie, chirurgie, néonatalogie, soins intensifs, psychiatrie, rééducation…). L’Hôpital National Pédiatrique représente le centre de référence pour la pédiatrie vietnamienne. Il reçoit environ cent quatre-vingt-dix mille patients en consultation dont vingt-quatre mille sont hospitalisés chaque année. Il y a plus de mille cinq cents consultations par jour, les cas les plus graves sont acceptés en hospitalisation.

Peu de matériel et beaucoup d’adaptation !

Lucie-Web

L’hôpital est prévu pour les enfants de 0 à 16 ans, mais les jeunes adultes (jusqu’à 20 ans) sont aussi acceptés pour assurer le suivi médical. Les enfants viennent Hanoï et de tout le nord du Viêt Nam, mais aussi du centre, et du sud. L’hôpital est aussi le centre de recherche en pédiatrie le plus important du Viêt Nam.  Il existe une collaboration internationale avec la Corée, l`Australie, le Japon, la France, la Suisse et les Etats Unis, qui apportent à hôpital une aide notable. Il y a en tout cinq cents lits pour plus de neuf cents enfants. Les mères restant en permanence avec leurs enfants, elles doivent se partager un lit pour deux avec leurs petits dans les bras. L’hôpital reçoit très souvent des enfants, hospitalisés auparavant dans des hôpitaux de province. Lorsque ces hôpitaux ne parviennent pas à soigner un enfant, ils l’envoient à Hanoï à l’Hôpital National Pédiatrique. On trouve donc des enfants venus de tout le Viêt Nam.

Pendant le stage tous les échanges ont eu lieu en anglais ce qui nous a fortement incité à travailler mon anglais.

Les stages ont lieu de 8h à 16h avec une pause déjeuner. Les enfants pris en charge sont à 80% IMC. Tout était différent par rapport aux autres stages,   je n’avais pratiqué de NEM sur des enfants aussi jeunes; les bilans sont très succins et donc une précision moindre dans les gestes techniques. Le plus difficile était de savoir comment se comporter vis à vis d’eux. Les pathologies rencontrées ont diverses : paralysie du plexus brachial, torticolis congénital, scoliose, autisme, déformations orthopédiques congénitales.

Une expérience humaine extraordinaire !

Hanoi-Web2

Les kinés sont demandeurs de beaucoup de connaissances. Le kiné référent assiste autant que possible à des congrès hors du Viet Nam. Nous échangions beaucoup sur les différences. Merci à M. Debeauquesne pour ses cours sur l’électrothérapie… les machines ici ne sont pas préprogrammées !”

Lucie, K3 2012-2013 – Paloma, K3 2013-2014