Japon

L’Ecole d’Assas propose une offre de formation en Podologie au Japon

Le savoir-faire et l’expertise française en Pédicurie-Podologie s’exporte au Japon.

Pour plus d’information merci de consulter nos pages actus

ou directement le site dédié

Et des stages en Kiné à Saitama, au nord de Tokyo

Etudiante en 2ème année de Masso-Kinésithérapie à l’Ecole d’Assas, j’ai eu l’opportunité de réaliser un stage au Japon grâce à des contacts établis entre Shotaro Tachibana, un ancien étudiant de l’école (DEMK 2007) et enseignant, et une clinique nippone. Ce stage a eu lieu à la Kawagoe Clinic dans le département de Saitama, au nord de Tokyo.

Possédant la double nationalité franco-japonaise, ce stage me tenait très à cœur tant sur le plan personnel que professionnel. En effet, je souhaitais découvrir le Japon autrement et plus particulièrement à travers mon futur exercice professionnel. Découvrir un système de soins complètement différent, des méthodes de travail propres à la société japonaise ainsi que les différences de techniques kinésithérapiques ont été mes principales sources de motivation. Je souhaitais également apprendre à travailler en langue japonaise et à approfondir celle-ci notamment dans le domaine scientifique et médical.

La Kawagoe Clinic

Saitama-Web

Créée en 2004, la Kawagoe Clinic est un établissement privé appartenant à la Faculté de Médecine de l’Université de Saitama. Elle s’étend sur 6 étages, équivalant à une surface de 4000m². Les patients sont pris en charge en ambulatoire dans différents services spécialisés, notamment dans la rééducation, la médecine du sport ou la médecine orientale. Le service de rééducation permet différentes prises en charge :

Troubles orthopédiques (principalement) : lésions de la coiffe des rotateurs, hernies discales, lombalgies, ligamentoplasties, prothèses totales, fractures, luxations, polyarthrite rhumatoïde.

Kinésithérapie du sport : lésion du ligament croisé antérieur, atteintes musculaires, entorses.

Perte de la fonction motrice chez les personnes âgées.

Perte des capacités physiques après hospitalisation de longue durée.

Maladies neuromusculaires (plus rarement).

Une grande diversité de pathologies et des patients de tous les âges

Patients-Japon-Web

J’ai été accueillie le premier jour par l’équipe de rééducation au complet : sept kinés, une ergo, un docteur en Médecine de Réadaptation et deux stagiaires de 4ème année. Le panel des patients rencontrés pendant ce stage d’observation fut très varié tant du point de vue pathologique (troubles touchant toutes les composantes de l’appareil locomoteur) que des patients eux-mêmes (du plus jeune au plus âgé, beaucoup d’adolescents et de jeunes sportifs).

J’ai pu remarquer des différences chez les patients par rapport à mes précédents stages effectués en France : les japonais sont pour la plupart extrêmement souples quel que soit leur âge et l’attitude posturale prépondérante dans la population est la rétroversion de bassin avec genuvarum. Par ailleurs, les japonais sont du fait de leur culture très souvent amenés à être assis au sol ou allongés sur des futons, la rééducation sur un plan de travail bas ou un tatami est donc privilégiée (on recherchera systématiquement la flexion totale de genou pour cette même raison).

Les techniques de rééducation en elles-mêmes sont similaires à celles pratiquées en France, les mobilisations spécifiques et l’auto-rééducation prenant une place particulièrement importante dans la prise en charge. J’ai pu observer des manœuvres de massage telles qu’on les retrouve en France, elles n’étaient cependant pas appelées « massages », ceux-ci n’étant pratiqués que par des professionnels distincts des kinés. Une autre différence, liée à la culture : le patient est dévêtu au minimum, même lors de techniques nécessitant la palpation des différents tissus du corps.

La découverte du monde professionnel au Japon

Photo-Clémence-Web

En ce qui concerne les méthodes de travail, le rythme des journées et les règles sont exigeantes (il n’y a pas de libéral au Japon mais le rythme de travail s’en rapproche), j’ai constaté de plus une rigueur et un investissement total et sans relâche de l’équipe soignante pendant ces 4 semaines de stage. J’ai pu suivre chacun des 7 kinés de l’équipe, me traduisant les termes médicaux spécifiques en anglais pour faciliter ma compréhension. Par ailleurs, les relations kiné / médecin, kiné / kiné et kiné / stagiaire sont très hiérarchisées et plus marquées que celles que j’ai rencontrées en France, et la relation de soin kiné / patient est particulièrement respectueuse. Malgré ces relations très « professionnelles », cela n’empêche pas une excellente entente au sein de l’équipe kinésithérapique.

Ce fut très intéressant de suivre des patients pendant la rééducation spécifique à la reprise du sport, notamment des sports peu connus en France comme le baseball (rupture de coiffe) ou le kendo (instabilité de la ceinture scapulaire). La plupart des kinés présents à la clinique possédait en effet une spécialité sportive. J’ai pu, d’autre part, encadrer des séances de gymnastique douce organisées par le département de Saitama pour les personnes âgées dans un cadre préventif. Ce fut l’occasion pour moi d’avoir un contact plus approfondi avec les patients (conseils, correction des positions et des mouvements, etc.).

Dans le cadre d’un séminaire portant sur la kinésithérapie et l’international proposé à des étudiants venant de plusieurs grandes villes du Japon, j’ai été invitée à faire une présentation à propos de la kinésithérapie en France et des différences avec le Japon. J’ai ainsi retrouvé plusieurs étudiants venus à Paris en mars dernier et ayant participé aux TP K1 à Assas. J’ai pu discuter plus longuement avec eux et participer à une séance pratique sur les lombalgies leur étant proposée par un autre intervenant à cette occasion.

La rééducation se faisant plus volontiers en centre hospitalier, j’ai eu la chance de réaliser mon stage dans un des rares centres de rééducation spécialisés. Malgré le peu de pratique réalisée, j’ai trouvé un réel intérêt pendant ce stage, complet, qui m’a permis d’enrichir mon parcours professionnel, de découvrir l’activité professionnelle au Japon, d’approfondir mes connaissances kinésithérapiques et de raviver mes intérêts dans de multiples domaines. Je remercie pour cela JJ. Debiemme, N. Maurice et S. Tachibana, ainsi que D. Matsumoto, Y. Okubo et K. Amemiya, mon maître de stage, pour cette belle expérience. J’ai été ravie de pouvoir participer aux projets d’échanges internationaux se développant à Assas. Le partage des cultures professionnelles ne pouvant être que bénéfique, quoi de mieux que d’enrichir les relations internationales dès les études !

Clémence BOURGEOIS, K2 2014-2015