Ailleurs dans le monde

Stage à New York Ecole Dassas

A la découverte de l’Amérique

Portsmouth, New Hampshire

En stage kiné aux États-Unis, Sarah, Constance et Suzon nous envoient des nouvelles de leur deuxième semaine et de leur rencontre avec Josh Cleland et Dan Fleury.

« Une semaine s’est écoulée depuis notre dernier article. Et quelle semaine !

Nous mettons chaque séance à profit pour ramener dans nos bagages le plus d’idées d’exercices possible. Certains patients sont très sportifs et il est par conséquent passionnant pour nous de suivre leur progression et de nous essayer à certains des exercices qui rythment leur rééducation (avec plus ou moins de succès, il faut bien l’admettre !).

Franklin Pierce University

Assas kinéNous avons également pu pratiquer certaines manipulations (« craquages ») sur les physiothérapeutes ou encore les unes sur les autres grâce à l’enseignement de Dan Fleury et de toute l’équipe. Ainsi, nous avons pu manipuler différentes régions du corps comme le coude, le rachis thoracique, lombaire, et, guidées par les mains expertes de Dan, le rachis cervical. Dan enseigne la pratique à l’université de Joshua Cleland, Franklin Pierce, et a donc été à même de nous expliquer le mouvement à effectuer de manière très pédagogique, de façon à ce que nous prenions conscience de la sûreté de ces gestes qui ne sont pas dangereux si l’on reste dans des amplitudes faibles (de l’ordre de quelques degrés). Il s’agit donc de placer le patient dans une certaine position, puis de faire le mouvement recherché au préalable pour bien situer la fin de l’amplitude de ce mouvement sur le patient, et de ressentir l’arrêt du mouvement et le type de butée. Lorsque le geste est bien maîtrisé, le physiothérapeute accélère alors son mouvement : ce sont donc des manipulations à haute vitesse et faible amplitude. Nous étions surtout préoccupées par l’intégrité des artères vertébrales dans le cas des manipulations cervicales. Cependant Dan nous a rassurées en nous exposant les résultats d’une étude menées sur des cadavres et montrant que pour provoquer une rupture des artères vertébrales ou de la crosse aortique, il fallait appliquer une pression trois fois plus importante que celle que nous exerçons lors de ces manipulations. Cependant, nous avons bien conscience de la nécessité d’être formées à cette pratique, ainsi que – comme lors de toute mobilisation – de l’importance d’avoir une solide connaissance de l’anatomie.
Josh Cleland nous a chaleureusement accueillies dans son université, qui siège dans une ancienne usine à deux pas de la plus importante rivière du New Hampshire. Cet ensemble de bâtisses en briques rouges a su garder charme et authenticité lors de sa reconversion, et c’est avec une admiration certaine que nous avons visité leurs salles de cours et de pratique. Nous avons également eu la chance d’assister à la fin d’un cours de pratique, durant lequel Josh et un autre professeur de l’université ont pu enseigner à une cinquantaine d’élèves de première année les mobilisations du rachis thoracique. Le peu que nous ayons vu nous a semblé très proche de ce que nous avons pu apprendre à Assas ! La méthode d’enseignement diffère cependant de notre école.

Assas kiné

TP à l’Université Franklin Pierce

En effet, avec autant d’élèves à la fois, comment permettre à chacun de voir ce que les professeurs tentent d’illustrer ? Une caméra retransmet donc instantanément les gestes de l’enseignant sur grand écran. De plus, toutes les tables de leur école sont électriques : bienvenue dans l’école du futur !

Durant notre visite de l’université, nous avons rencontré l’une des directrices qui a salué l’initiative de l’école d’Assas de permettre à ses étudiants de découvrir d’autres pratiques à travers le monde, et qui s’est montrée très enthousiaste lorsque Josh lui a parlé de notre semaine internationale qui aura lieu du 19 au 23 mars 2018. Elle a souligné l’intérêt que ce genre de projet apporte à la physiotherapy en général et a même conclu d’un éloquent « we should do that!! ». Et si Assas était aussi une école du futur ? »

Sarah, Suzon et Constance, K3 2017-2018

Corpus Christi, Texas

(stage reconduit tous les ans dans la limite de places offertes par le Centre Hospitalier de Corpus Christi)
Stages Amérique Texas

Anthony Robert, étudiant de troisième année de kinésithérapie, a réalisé un stage d’un mois au Corpus Christi Spohn Health Center, et plus précisément au Shoreline Hospital. Voici son témoignage.

« Depuis le début de ma formation en kinésithérapie, j’ai eu envie de faire un stage à l’étranger pour découvrir de nouvelles méthodes de travail. Après plusieurs mois de démarches et grâce à l’aide du Département International de l’école, il a été possible de signer une convention de stage avec l’Hôpital de Corpus Christi au Texas. Le stage s’est déroulé pendant 4 semaines, du 6 au 24 juillet 2015. Mes horaires étaient de 8h à 16h avec une pause déjeuner d’une heure, cinq jours par semaine. J’ai travaillé deux dimanches que j’ai récupérés dans la semaine.

Shoreline est l’hôpital le plus important de la ville (315 000 habitants). L’hôpital présente trois bâtiments de 2, 8 et 10 étages où sont répartis les différents services.

La  procédure d’accueil est très précise et l’encadrement spécialement confié à un membre de l’équipe de thérapeutes.

Le premier jour, les stagiaires assistent à une présentation de la conduite à tenir au sein de l’hôpital, aussi bien sur le plan de l’hygiène, de la sécurité que de la confidentialité. J’ai suivi cette présentation avec 3 autres stagiaires américains.

Ensuite, les stagiaires rencontrent le tuteur qui va les accompagner pendant toute la durée du stage. Le tuteur leur présente les équipes et les locaux. Enfin, les stagiaires et leurs tuteurs, font les premières visites aux patients.

Mon tuteur de stage était Carlos. Je l’ai suivi dans le service « acute care ».

La principale particularité du système américain à laquelle j’ai été confronté venait de la présence de « physical therapist assistants » qui ne sont pas formés à l’établissement de bilans mais qui réalisent les soins et traitements en suivant les objectifs fixés par les « physical therapists ».

Ainsi, la quasi-totalité de mon stage a consisté à réaliser des bilans et à déduire soit des objectifs de rééducation à court terme, soit de conseiller quel niveau de soin serait le plus adapté à chaque patient à la sortie du service.

Chaque niveau de soin diffère par sa durée et son intensité.  Les patients restaient dans ce service en moyenne une semaine et on ne les rencontrait souvent qu’une seule fois avant qu’ils ne soient transférés soit dans un niveau de soin plus intensif en rééducation soit chez eux, en fonction de leur état de santé.

Le but principal de ma formation avec Carlos a été défini entre nous de la manière suivante : à partir des informations qui m’ont été fournies sur les différents niveaux de soin existants aux États-Unis, je devais indiquer quel serait le niveau de soin le plus adapté à chaque patient au moment où je les rencontrais.

Carlos m’a expliqué en détail chaque niveau de soin et m’a permis d’observer pendant au moins une demi-journée chacun d’entre eux avec un « physical therapist » de chaque service.

Comme je l’ai indiqué plus haut, Shoreline est le plus conséquent des hôpitaux de Corpus Christi, il accueille tous les cas que les autres hôpitaux aux alentours ne sont pas en mesure de prendre en charge.  Cette population de patients présente souvent des particularités peu communes qui se traduisent souvent par un grand nombre de comorbidités.

En voici une liste très globale :

  • Amputations
  • Prothèse de genou
  • Prothèse de hanche
  • Chirurgie abdominale
  • Chirurgie cardiaque remplacement de valve, pose de Pacemaker
  • Laminectomie
  • Infections
  • Obésité morbide associée IMC 74
  • Escarres
  • Hémiplégie
  • Paraplégie
  • Déconditionnement
  • Guillain-Barré
  • Cancers

Il est possible de suivre des interventions chirurgicales de tous types (neurochirurgie, amputation…) ainsi que les équipes de « wound care » qui soignent les plaies et escarres des patients de l’ensemble de l’hôpital.

Les professionnels de l’ensemble de l’hôpital sont extrêmement disponibles et accueillants.

Carlos est extrêmement pédagogue, patient et à l’écoute.

L’hôpital possède un système informatique dans lequel chaque professionnel doit faire le compte rendu de ses activités. Une journée est consacrée à son apprentissage avec Loraine,  responsable des étudiants.

Un classeur est fourni à la fin de cette journée afin de pouvoir se rappeler des détails de ce système qui représente un travail supplémentaire très laborieux, les habitués passent environ 40 minute par patient pour documenter leurs activités.

Cette expérience de stage a été très enrichissante. Elle a d’abord été exigeante car je devais renseigner avec le maximum de précision et d’objectivité le logiciel comme tous les autres physical therapists de Shoreline; c’est à dire que je devais progressivement voir le même nombre de patient qu’eux chaque jour.

Ensuite, j’ai pu découvrir une organisation extrêmement protocolisée de part le mode de transmission informatique d’une part mais aussi part la façon de mener les séances et leurs fréquences qui sont souvent prédéfinis.

Je recommande ce stage à tous ceux qui en ont la possibilité.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont pu rendre ce stage possible et celles qui l’ont rendu si plaisant ».

Antony ROBERT, K3 2015.

En août 2016, deux étudiantes de troisième année ont également réalisé leur stage au Texas. Lisez leur témoignage.

Tex8

Stages Amérique Corpus ChristiStages Amérique Rehab Services

New York

Témoignage de Marine, étudiante en troisième année de masso-kinésithérapie à l’Ecole d’Assas en 2012, qui a effectué un stage de six semaines à New York en milieu hospitalier et libéral. 

« Réaliser un stage dans un pays anglo-saxon est un projet qui me tenait à coeur depuis longtemps. Lorsque j’ai appris que c’était possible, je suis allée faire quelques recherches sur Internet pour trouver un hôpital intéressant.

J’ai donc trouvé le NYU Langone Medical Center à New York. Après de multiples démarches personnelles et administratives auprès de l’IFMK, j’ai été acceptée en tant que bénévole dans le service de kinésithérapie, un service orienté orthopédie et rhumatologie J’étais placée sous l’autorité d’un masseur-kinésithérapeute. Le service prenait en charge des patients hospitalisés et en ambulatoire.

Le service était très bien équipé en matériel de rééducation et de musculation. J’y ai suivi deux kinés aux formations très différentes, l’un Australien ayant travaillé un peu partout et l’autre New Yorkais s’orientant vers une formation en thérapie manuelle. Ce fut très intéressant de découvrir une autre approche de l’organisation de la rééducation car les connaissances de base sont les mêmes qu’en France. En effet, notamment du fait de leur système de santé (les patients paient de leur poche une partie des soins), les patients sont vus moins souvent dans la semaine mais ont plusieurs exercices à faire chez eux. Ce centre possède un logiciel dans lequel chaque kiné doit renseigner le bilan du patient ainsi que le détail des séances.

La dernière semaine j’ai suivi une kiné dans un cabinet libéral où le travail est sensiblement le même qu’en France auquel s’ajoute la rédaction du dossier du patient comprenant le bilan et le détail de chaque séance réalisée. Absolument tout devait être noté, en cas de litige. La MK que j’ai suivie avait une formation post-diplôme pour se spécialiser dans la rééducation en pédiatrie.

Ces deux centres de rééducation pratiquaient un patient par demi-heure, ce qui semblait bien convenir aux MK. Les professionnels que j’ai pu rencontrer ont été très gentils, prêts à m’aider et à me transmettre leurs connaissances. J’ai vraiment eu l’impression d’être intégrée à l’équipe comme un étudiant venant de leurs écoles. Cela m’a aussi beaucoup aidé à perfectionner mon anglais puisque tout le monde y compris les patients, prennent le temps de se faire comprendre.

Ce fut un échange passionnant car ils sont eux aussi intéressés par ce qui se passe en France. C’est une expérience incroyable que je referais volontiers ».

Marine, K3 2012-2013